La Biodynamie, un nouvel élan

L’année 2010 représente un tournant important dans la gestion du vignoble puisque Bérénice Lurton, en adhésion totale avec Frédéric Nivelle, directeur technique de Climens depuis fin 1998, a fait le choix de convertir l’intégralité du vignoble en biodynamie. Depuis longtemps à la recherche d’une gestion plus naturelle, préventive et holistique du vignoble, ils sont enfin passés à l’action grâce à de grands précurseurs bordelais, Jean-Michel et Corinne Comme. La rencontre avec Jean-Michel Comme et les vignes de Pontet-Canet est une véritable révélation. Viticultrice dans la région de St Foy, son épouse Corinne est fascinée par le Sauternes, qui représente pour elle une quintessence. Sollicitée pour ses vastes connaissances, sa philosophie aussi profonde que pleine de bon sens, elle a accepté de devenir conseillère viticole de Climens. Mais c’est pour tous les membres de l’équipe et tout particulièrement Frédéric une véritable révolution dans l’observation et la tenue du vignoble.
Entre autres changements, tous les traitements chimiques ont été remplacés par des tisanes de plante souvent cueillies sur place ou dans les environs, en complément du cuivre et du soufre utilisés à faibles doses. Le « tricotage » des branches a remplacé le rognage systématique, qui stimule la production de feuilles au détriment de la maturité des grappes. Les traitements sont adaptés aux phases de développement de la vigne et du raisin, en fonction des conditions climatiques  du moment et des phases de la lune, dont l’effet sur l’eau et sur le végétal est très important.  
Le but est non seulement de mieux respecter l’environnement, mais aussi de permettre à la vigne de trouver elle-même son équilibre, de récréer une véritable relation de proximité avec la plante dans une recherche d’harmonie à tous les niveaux. 
La mise en place n’a pas été aisée, mais entreprise avec une profonde motivation, qui ne fait que croître avec le temps! 
Le changement est moins radical au chai où la vinification était très naturelle, sans adjonction de levures exogènes, et l’usage du soufre très surveillé. Cependant, la biodynamie induit en général une baisse des pH qui permet de diminuer encore l’utilisation du soufre, produit naturel à ce jour encore indispensable à la stabilité des vins pendant la vinification et à leur conservation en bouteilles pendant des décennies. 
La biodynamie est un moyen incomparable de mieux encore transmettre les qualités de ce terroir unique, cet éclat et cette profondeur si particuliers faits de tension et de minéralité.