Des vendanges d'orfèvre

Point d’orgue du travail de toute une année, les vendanges nécessitent un suivi particulièrement rigoureux, car le caractère capricieux et délicat du Botrytis exige aussi bien des conditions climatiques très particulières qu’un travail de grande précision. 
Elles peuvent commencer en septembre comme en novembre, durer trois semaines comme deux mois, se dérouler sans une pause, ou exiger d’interminables trêves… Différents passages entre les rangs de vignes sont nécessaires : ces « tries » minutieuses permettent de ne ramasser que les baies atteintes d’une « pourriture noble » parfaitement pure, et au stade idéal de concentration. 
A Climens, Bérénice Lurton et Frédéric Nivelle sillonnent les parcelles pour traquer la moindre évolution du Botrytis.  

La récolte est effectuée par des cueilleurs expérimentés, formés à Climens et supervisés avec une attention sans faille par Bérénice et son équipe. Les tries se succèdent, minutieuses, afin que seules soient récoltées les baies atteintes d’un botrytis parfaitement pur. Une obsession qui exige un suivi et un contrôle permanent: chaque cueilleur est « coaché », chaque panier vérifié… A Climens, chacun connaît l’importance de chaque geste !
La recherche du raisin idéal apparaît en effet comme une quête effrénée, indispensable à la naissance d'un grand vin liquoreux.
Chaque journée, voire chaque demi-journée de vendange permet de constituer des lots qui seront vinifiés séparément. 
Les fermentations ont lieu dans des barriques de chêne avec des levures naturelles. Un début d'élevage sur lies fines favorise l'apparition de fins arômes de fruits frais et de fleurs et autorise les premiers pas du vin. De la vigne à la mise en barrique, cette méthode exigeante  permet de préciser et d'optimiser l'assemblage final. Afin de préserver la subtilité et la personnalité du vin, l’utilisation de barriques neuves est limitée à un tiers par récolte.